Les deux opérateurs interpellent le gouvernement et demandent que l’opérateur historique soit régulé compte tenu de son avance et de ses avantages.

Les concurrents d’Orange repartent en guerre contre l’opérateur historique à l’occasion de la constitution du nouveau gouvernement. Bouygues Telecom et SFR ont ainsi interpellé Matignon et l’Arcep dans une lettre afin d’exiger qu’Orange soit régulé dans le marché de la fibre optique.

Selon eux, l’avance conséquente de l’opérateur historique dans le marché de la fibre st avant tout due aux avantages de ce dernier qui lui ont permis de prendre une avance considérable. Et d’évoquer à nouveau l’affaire des fourreaux souterrains… Or, comme le rappelle l’Autorité de la concurrence, « cet accès aux fourreaux d’Orange (350 000 kilomètres d’artères) est déterminant dans le succès du déploiement de la fibre ».

« Orange s’est réservé l’usage de ses conduites enterrées pour déployer sa seule fibre optique et prendre une avance considérable dans les grandes villes » peut-on lire dans ce courrier révélé par les Echos. Ils demandent que l’Arcep applique sans délai ses « pouvoirs que la loi lui a confiés en matière de régulation asymétrique d’Orange, afin d’encadrer sa dominance du marché, de garantir un accès équitable et strictement non discriminatoire des opérateurs tiers aux réseaux qu’Orange déploie et qu[‘ils] cofinan[cent] dans sa zone de monopole ».
Les deux acteurs exigent par ailleurs un « nouveau cycle de discussions (pour une) répartition plus équilibrée » des zones de déploiement.

La réaction d’Orange ne s’est pas faite attendre : « C’est la lettre de gens qui n’ont pas investi et se trouvent aujourd’hui en retard, c’est l’expression d’une frustration, pas d’une envie. Que n’ont-ils été si décidés quand l’occasion leur a été donnée, en 2012, particulièrement, de manifester leur passion pour l’investissement ! », assène Pierre Louette, dg de l’opérateur.

La question de l’accès au génie civil d’Orange avait pourtant été réglée il y a quelques années. En 2013, Free et Orange ont conclu un accord relatif à la fibre optique et plus précisément à l’accès aux infrastructures de génie civil de l’opérateur historique, notamment les fourreaux sous-terrain, suite à deux plaintes de Free en 2007 et 2009.