Les opérateurs engagés dans la fibre jusqu’à l’abonné (FTTH) ont trouvé un soutien de poids pour se distinguer de la fibre à terminaison coaxiale déployée par Numericable.

Nouvel épisode dans le débat agite le monde des télécoms depuis des mois, voire des années. Qu’est que la vraie fibre optique ? Ainsi, Orange et Free, engagés dans le FTTH, la fibre jusqu’à l’abonné accusent SFR/Numericable de « publicité mensongère » car il utilise une technologie différente, le FTTB ou plus précisément le FTTB Docsis 3.0, basée sur la fibre mais aussi le câble coaxial en tant que liaison terminale dans le foyer.

Le ton est plusieurs fois monté entre les patrons de ces opérateurs, jusque dans le cabinet du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, lors d’une réunion en avril dernier. En février, Orange aurait transmis une note blanche à la DGCCRF (répression des fraudes) pour se plaindre de la dernière campagne de publicité du nouvel ensemble accusé de tromper les consommateurs. Quant à Free, il aurait saisi l’Autorité de la concurrence, Bercy, l’Arcep, exigeant une réaction de leur part.

L’Arcep va faire la distinction

En juillet dernier, selon les Echos, le gouvernement a décidé de clarifier les choses en modifiant un arrêté de décembre 2013, concernant les publicités des opérateurs. Désormais « tout message publicitaire ou document commercial d’un fournisseur de services […] doit, s’il associe le terme “ fibre ” aux services du fournisseur alors que le raccordement du client final n’est pas réalisé en fibre optique, comporter une mention précisant le support physique du raccordement final commençant les mots : “raccordement final en ” ». Concrètement, un astérisque à côté du mot fibre devra renvoyer à cette mention « raccordement coaxial » ou « en câble » dans les pubs de SFR/Numericable. Ce nouvel arrêté devra néanmoins encore été validé avant d’être mis en application.

Cette mesure qui vise spécifiquement l’opérateur va-t-elle changer la donne ? Une simple mention en bas de page ne devrait pas vraiment faire de différence. Certains auraient préféré que SFR/Numericable ne puisse plus utiliser le terme. Ca ne sera pas le cas.

Aujourd’hui, le régulateur a donné sa position et elle penche aussi du côté des acteurs du FTTH. Interrogé lors du forum télécoms des Echos, Sébastien Soriano, président de l’Autorité indique : « Je m’interroge sur le fait que certains opérateurs puissent utiliser le mot fibre de manière très libre, sans qu’il y ait de règles du jeu claires qui soient posées. Nous avons fait le choix de ne plus utiliser le terme de fibre coaxiale, nous préférons désormais l’expression câble coaxial. ».

Concrètement, seul le FTTH sera labellisé fibre optique dans les communications de l’Arcep, la fibre de Numericable sera donc appelée « câble coaxial ». Mais cette dernière continuera à être englobée dans les accès très haut débit puisque son débit est supérieur à 30 Mb/s.

Face à ce débat, Numericable ne varie pas de position : « Câble ou fibre : ce sont des débats du passé » et d’insister : ce qui intéresse les clients, c’est le débit et le service, qu’importe « le flacon ». Mais si les débits descendants de ces technologies sont assez proches, l’upload proposé par Numericable est bien plus faible que celui offert en FTTH, font valoir ses opposants. La fibre à terminaison coaxiale dispose en outre de moins de possibilités d’évolutions technologiques, plaident-ils.